TÉLÉCHARGER LES MERCENAIRES MARIE LOUISE GRATUITEMENT

Résumé eng Private military companies are more frequently a subject of discussion. In spite of the increasing part played by these companies in armed conflicts since the beginning of the nineties, their status, as well as the extent of the role they can play, remain ambiguous in regard of international law. This article will briefly explore the phenomenon of private military companies and propose thoughts in regards to their status and consequences of their activities on the international legal order. Plan I.

Nom:les mercenaires marie louise
Format:Fichier D’archive
Système d’exploitation:Windows, Mac, Android, iOS
Licence:Usage Personnel Seulement
Taille:21.79 MBytes



Jérôme, roi de Westphalie. La princesse de Wurtemberg. Le duc d'Eiighien. Cause du divorce de Napoléon et de Joséphine. On était à la fin de ; l'Empereur venait, -par de nouvelles victoires, d'assurer la couronne sur sa tète; rien ne manquait à sa gloire, mais un héritier manquait à son bonheur et à -son ambition. Il ne pouvait plus en espérer de -son union avec Joséphine, et la mort venait de -moissonner le fils aîné de son frère Louis.

On 1 regardait généralement cet enfant comme devant être le successeur de son oncle on allait même jusqu'à dire qu'il était son fils, et que l'empereur n'avait donné Hortense Beauharnais en mariage à. Louis, que pour cacher le- résultat de ses liaisons avec elle.

A l'appui de ce qui ne pouvait être qu'une conjecture, on disait que Louis n'avait jamais pu souffrir sa femme, et c'est ainsi que la vérité sert quelquefois à propager le mensonge. Il est certain que Napoléon n'eut jamais d'intimité avec Hortense Beauharnais, qu'il aimait, comme Eugène, parce qu'ils étaient les enfants de sa femme. Dans les divers mariages qu'il décida, soit dans sa famille, soit même parmi les personnes de sa cour, jamais il ne consulta l'inclination il n'écoutait que les convenances.

Sa volonté était un ordre absolu il le prouva à l'égard de son'frère Jérôme, qui, marié sans son consentement en Amérique, avec mademoiselle Patterson, fut forcé d'abandonner sa femme et son enfant pour épouser la princesse de Wurtemberg.

On dit que, marié, il fut longtemps saris vivre avec elle; on dit même qu'il avait juré qu'il n'aurait jamais de relations avec la femme qu'on lui imposait. Pendant trois ans, presque toutes les beautés de la cour de Westphalie reçurent ses hommages. La reine, témoin de cette conduite, la supporta avec douceur et dignité; elle semblait ne rien voir, ne rien entendre; enfin sa conduite fut parfaite.

Le prince, touché de tant de vertu, fatigué de ses conquêtes, repentant de sa conduite, n'attendait qu'une occasion pour se réunir sincèrement à sa femme; elle se présenta. Le feu prit au palais de Cassel, dans l'aile occupée par la reine; le roi y vole, il parvient à l'appartement de la reine, qui, éveillée par les cris de ses femmes, sortait de son lit à peine vêtue; le roi la prend dans ses bras, et, au travers du feu et de la fumée, il parvient, à la mettre en sûreté.

Dès ce moment, leur union fut complète, et la reine devint grosse au moment où elle perdit le trône. Mais il n'y eut jamais de conduite plus noble et plus respectable que celle que cette 'princesse a tenue envers son mari, qui, proscrit et sans asile, retrouva dans les États. Louis dut lui-même se soumettre à cette volonté absolue; il fut obligé d'épouser Hortense malgré son amour pour une autre personne.

De la vint le peu d'attachement de Louis pour sa femme. Cependant Hortense était belle, gracieuse, pleine de talents et bien faite pour obtenir l'affection d'un époux. Elle a eu trois enfants de Louis les deux premiers sont morts, il ne reste de cette famille que le prince Louis Napoléon, qui est né en Hortense fit inutilement les plus grands efforts pour le ramener à elle.

Jamais celui-ci ne pardonna à son frère la violence qu'il avait faite à son inclination. L'aigreur régna entre eux depuis ce temps; et, lorsque, après la mort de son ils aîné, l'Empereur lui demanda le second pour l'adopter, il ne voulut jamais y consentir.

Ce prince est mort en Italie; le prince Louis est le troisième fils de Louis et d'Hortensc. Napoléon, qui ambitionnait la gloire d'être le fondateur d'une quatrième dynastie, voulait pourtant un héritier, et un héritier qu'il pûtformer de bonne heure à ses maximes.

Dès cette époque, il fit parler de son divorce; il. Joséphine disputa le terrain quelque temps; elle était universellement aimée elle avait sur lui autant d'ascendant qu'il était possible d'en obtenir; elle avait d'ailleurs tant de grâce et d'amabilité, elle savait si bien saisir tous les moyens de plaire, qu'elle détournait souvent bien des orages, et semblait avoir seule le don de calmer un caractère naturellement impérieux et irascible.

Lorsque Bonaparte, encore premier consul, voulut se faire empereur, il trouva une forte résistance dans sa propre famille. Sa mère et son frère Lucien firent en vain les plus grands efforts pour le faire renoncer à cette idée. A la suite de ces débats, ils partirent pour Rome, d'où Lucien ne revint que dans les. Cette opposition de sa famille inquiétait peu le premier consul, mais il en trouvait une plus sérieuse dans le parti des jacobins et dans celui des républicains.

Le nom de roi ou d'empereur était odieux aux uns et aux autres; ils étaient encore attachés à ce fantôme d'égalité auquel ils avaient élevé des autels. Ils n'osaient pas dire ouvertement pourtant qu'ils refusaient Bonaparte pour souverain, et, tout en le haïssant, ils le comblaient d'adulations. Ils feignirent de croire qu'il ne voulait relever le trône que pour préparer le rétablissement des Bourbons et jouer en France le rôle que Monck avait joué en Angleterre.

Ils motivèrent sur ce prétexte leur résistance opiniâtre. Cambacérès et Fouché, spécialement chargés d'aplanir les voies qui devaient conduire le premier consul au trône, lui firent connaître les craintes et les méfiances que son projet faisait naître. Ils ajoutèrent que les royalistes conspiraient dans l'ombre; que la police en était avertie, mais qu'elle ne tenait pas encore tous les fils dont elle avait, besoin pour agir avec sûreté..

Peu de jours après, on sut qu'un n individu qu'on environnait de beaucoup de respect avait eu une entrevue avec le général Moreau. Fouché assura que c'était un prince de la maison de Bourbon. Le premier consul en doutait il savait que les ducs d'Angoulême et de Berry. Cependant on lui répétait que la conspiration contre lui s'organisait et que les conjurés se flattaient d'avoir un prince à leur tête. On n'avait pu saisir le personnage qui avait eu des conférences avec Moreau tous les renseignements qu'on donnait à Napoléon le décidèrent à faire arrêter le duc d'Enghien.

Il y a là un mystère d'iniquité, car le pre-. Il était tard lorsque M. La' mort du duc d'Enghien fut un crime d'autant plus déplorable qu'il était innocent et que le procès de Georges a prouvé que Pichegru fut pris pour le prince. On assure que le duc de Bourbon était si persuadé qu'il devait la mort de son fils à Fouché et à Talleyrand, qu'il ne voulut jamais, sous la Rèstàuration,venir à la cour tant qu'ils y furent: Une fois sur le trône, l'Empereur chercha à se donner un héritier.

Il nè pouvait plus ère espérer de sa femme, et la pensée de son divorce ne le quitta plus. Joséphine, qui le redoutait, fit tout au monde pour l'éviter; mais la fortune avait décidé sa chute, et quelques différends survenus entre eux l'accélérèrent; il eut lieu quatre mois après. Dès que ce divorce fut prononcé, toute l'Europe éut les yeux fixés sur la France, et l'on, formait mille conjectures pour deviner quelle serait la souveraine qui viendrait y régner.. Cette négociation paraissait sur le point de réussir,- lorsque l'impératrice mère demanda dui temps avant de donner son consentement..

On regarda cet ajournement comme un refus, et l'Autriche ayant offert Marie-Louise, elle fut. Le public cherchait encore dans les différentes cours de l'Europe quelle princesse pouvait être destinée à porter la couronne de France, quand on apprit que Napoléon avait.

Lorsque M. Berthier,prince de Neufchâtel, reçut à Vienne la bénédiction nuptiale comme chargé de la procuration dé l'Empereur, et bientôt la route de Strasbourg'fut couverte de voitures qui conduisaient la maison de là nouvelle impératrice à Braunau, où elle devait congédier la sienne. Marie-Louise avait alors dix-huit ans et demi, une taille majestueuse, une démarche noble, beaucoup de fraîcheur et d'éclat, des cheveux blonds qui n'avaient rien de fade, des yeux bleus, mais animés, une main, un pied qui auraient pu servir de modèles, un peu trop d'embonpoint peut-ê.

Rien n'était plus gracieux, plus aimable que sa figure, quand elle se trouvait à l'aise, soit dans son intérieur, soit au milieu des personnes avec lesquelles elle était particulièrement liée; mais, dans le grand monde et surtout dans les premiers moments de son arrivée en France, sa timidité lui donnait un air d'embarras que bien des gens prenaient à tort pour de la hauteur.

Elle avait reçu une éducation très soignée; ses goûts étaient simples, son esprit. Calme, réfléchie, bonne et sensible, quoique peu démonstrative, elle avait tous les talents agréables, aimait à s'occuper et ne connaissait pas l'ennui. Nulle femme n'aurait pu mieux convenir à Napoléon. Douce et paisible, étrangère à toute espèce d'intrigue, jamais elle nese mêlait des affaires publiques et elle n'en était instruite le plus souvent que par la voie des journaux.

Pour mettre lie comble au -bonheur de l'empereur, la Providence voulut que cette jeune princesse, qui aurait pu ne voir en lui que le persécuteur de sa famine, l'homme qui, deux fois, l'avait obligée de fuir de Vienne, se trouvât, flattée dé captiver celui que la renommée proclamait le héros de l'Europe, et éprouvât bientôt pour lui le plus tendre attachement. Arrivée de Marie-Louise à Braunau. Sa maison. Madame Murât. Renvoi de madame Lajcnski et d'un petit chien.

Rencontre de Napoléon et de Marie-Louise à Soissons. Parmi le nombre des personnes qui l'attendaient à Braunau, il s'en trouvait plusieurs qui avaient connu Marie-Antoinette. Toutes se représentaient le chagrin que devait éprouver Marie-Louise en venant s'asseoir sur un trône où sa grand'tante avait trouvé tant de malheurs. La princesse arriva son abord n'eut rien de triste; elle se montra gracieuse envers tout le monde et elle eut le talent de plaire presque généralement.

Elle ne quitta pas sans attendrissement les personnes qui l'avaient accom- IH pagnée de Vienne, mais elle s'en sépara avec courage. Au moment où elle monta dans la voiture qui devait la conduire à Munich, le grand, maître de sa maison-, vieillard de soixante-cinq ans, qui l'avait suivie jusque-là, éleva ses mains jointes vers le ciel, en ayant l'air de l'implorer en faveur de sa jeune maîtresse, en.

Ses yeux annonçaient une Ame pleine de grandes pensées et de tristes souvenirs ses larmes en arrachèrent d'autres à tous les témoins de cette scène attendrissante. De tout son cortège autrichien, il ne resta auprès de Marie-Louise que sa grande maîtresse, madame de Lajenski, à qui on avait permis de l'accompagner à Paris. Elle partit avec sa nouvelle maison, sans connaître une seule des personnes qui la formaient. Il faut ici dire un mot sur la manière dont cette maison était composée.

La duchesse de Montebello, belle, sage, mère de cinq enfants, qui avait perdu son mari à la dernière bataille, avait été nommée dame d'honneur; faible dédommagemènt que l'Empereur avait cru devoir lui accorder pour la perte d'un époux.

La comtesse de Luçay, douce, bonne, ayant le meilleur ton et l'usage du grand monde, était sa dame d'atour. Je parlerai plus tard des dames du palais que leurs fonctions, entièrement subordonnées à l'étiquette, rapprochaient rarement de la personne de l'impératrice; chacune avait pourtant ses prétentions, que blessait la présence de madame de Lajenski; leurs plaintes à cet égard auprès de la reine Caroline la décidèrent à un acte de despotisme dont sa bellesoîurfut profondément blessée.

Madame Mural ambitionnait de prendre sur Marie-Louise un grand ascendant, et, avec une conduite plus adroite, il est possible qu'elle l'eût obtenu. Née avec un grand caractère, une tête forte, de grandes idées, un esprit souple et délié, de la grâce, de l'amabilité, séduisante au delà de toute expression, il ne lui manquait que de savoir cacher son amour pour la domination; et, quand elle n'atteignait pas son but, c'était pour vouloir y arriver trop tôt.

Dès le premier instant qu'elle vit la princesse, elle crut avoir deviné son caractère, et elle se trompa complètement. La présence de madame de Lajenski avait excité la jalousie et les craintes de presque toutes les dames de la maison de l'impératrice. La dame d'honneur se plaignit que ses fonctions se réduiraient à rien, si la princesse gardait auprès d'elle une étrangère qui lui tiendrait lieu de tout.

Enfin on décida la reine à demander à Marie-Louise le renvoi de sa grande maîtresse, quoiqu'on lui eût promis de la laisser près d'elle pendant un an. La princesse, qui désirait sincèrement gagner l'affection des personnes avec lesquelles elle allait vivre, n'opposa point de résistance, et madame de Lajenski retourna de Munich à Vienne, emportant avec elle un petit chien appartenant à Marie-Louise, et dont on avait exigé aussi qu'elle se privât, sous prétexte que l'Empereur s'était souvent plaint que ceux de Joséphine étaient insupportables.

La princesse fit avec courage ces sacrifices dont l'odieux retomba sur la reine de Naples. Ce qu'il y eut de plus mal dans la conduite d.

Cet ordre ne fut point exécuté les deux dames, blessées de tant de dureté, firent entrer la grande maîtresse par une porte dérobée elle passa deux heures avec son élève; et, malgré les reproches que c;ette conduite leur attira de la part de la reine, elles ne s'en sont jamais repenties. L'Impératrice marchait à petites journées, et une fête était préparée dans chaque ville où elle passait.

A Munich, on lui remit une lettre de Napoléon, et les choses avaient été arrangées de manière, que, tous les matins à son lever, un page arrivant de Paris lui en apportait une nouvelle. Elle y répondait avant son départ, et un page reparlait pour la capitale de la France avec sa réponse. Ce commerce épistolaire dura pendant tout le voyage, qui fut de quinze jours; et l'on remarqua que MarieLouise lisait chaque fois avec plus d'intérêt les billets qui.

L'Empereur avait une écriture très difficile à lire; madame la duchesse l'avait vue plusieurs fois dans les mains de son mari, elle aidait Marie-Louise à lire les billets doux de Napoléon; cette intimité et cette confiance furent probablement la cause du vif attachement que la souveraine eut pour sa dame d'honneur. Elle les attendait avec impatience; et, si quelque circonstance retardait l'arrivée du courrier, elle demandait à' plusieurs reprises s'il n'était pas encore venu, et quel obstacle probable avait pu l'arrêter.

Il faut croire que cette correspondance était pleine de charmes, puisqu'elle faisait déjà naître un sentiment qui ne tarda pas à acquéquérir une grande force. De son côté, Napoléon brûlait du désir de voir sa jeune épouse: sa vanité était plus flattée de ce mariage, qu'elle ne l'aurait été de la conquête d'un empire.

TÉLÉCHARGER SONNERIE POUR NOKIA 6300 GRATUIT

Marie-Louise

.

TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT EASYPHP 5.3 5.0

En zone Viêt-cong

.

Similaire